<

Cours sur le compte de résultat avec les charges et les produits

Qu’est-ce que le compte de résultat ?

Le compte de résultat est un document de synthèse nécessaire dans une comptabilité d’une entreprise ou d’une société. Il permet de calculer le résultat. Il se traduira par un bénéfice s’il est positif ou une perte s’il est négatif.

Tout comme le bilan, le résultat est divisé en deux parties principales.

C’est le seul point commun avec le bilan. Ces deux documents de synthèse traitent de deux choses différentes. Les deux parties du bilan (ACTIF et PASSIF) n’ont absolument pas la même signification que les deux parties du compte de résultat (CHARGES et PRODUITS).

La partie à gauche s’appelle les charges et à droite les produits.

Ci-dessous un exemple d’un compte de résultat sous forme d’un tableau.

COMPTE DE RÉSULTAT
CHARGES
Achats de marchandises
300
Impôts
100
Résultat
2630
PRODUITS
Ventes de marchandises
3000
Autres intérêts
30

Ce tableau produit un résultat qui un est bénéfice de 2630. Ce montant est calculé en soustrayant les produits des charges. Dans l’exemple, cela correspond à 3000 + 30 - 300 - 100 = 2630. Le total est placé du côté des charges (bien que ce soit un bénéfice) pour équilibrer le compte de résultat. Si c’était une perte, nous l’aurions mis du côté des produits. Les charges et les produits sont bien équilibrés, car la somme des postes de chaque côté est bien de 3030.

Comment savoir si un compte augmente au débit ou au crédit ?

Vérifier où se positionne le compte sur le compte de résultat. Si c’est une charge généralement à gauche du compte de résultat, le compte augmentera au débit. Sinon c’est un produit qui augmentera lorsqu’il est crédité.

Les charges dans le compte de résultat

La partie des charges correspond à tous les achats de bien ou de services ainsi que toute forme d’activité qui résulte d’une diminution des richesses de l’entreprise. On distingue trois types de charges.

  • Charges d’exploitation
  • Charges financières
  • Charges exceptionnelles

À la découverte des charges d’exploitation

Les charges d’exploitation sont celles qui sont essentielles pour le bon fonctionnement de la société. Par exemple, on y retrouve les achats de marchandises ou de matières, les impôts et les salaires. Les dotations des amortissements des immobilisations font partie également des charges d’exploitation.

Maintenant les charges financières

Toutes les charges financières sont des dépenses dues à un mode de financement. Par exemple, lorsque nous contractons un emprunt, nous devons ensuite payer des intérêts. Ces intérêts sont des charges qui sont financières, car elles ont été provoquées par une opération de financement (l’emprunt).

Enfin les charges exceptionnelles

Comme son nom l’indique, ces charges sont exceptionnelles. Elles correspondent à des opérations plutôt rares et qui ne sont pas des opérations essentielles pour le bon fonctionnement de l’entreprise. Il y a par exemple les charges exceptionnelles sur opération de gestion ou en capital.

Si une charge n’est pas financière, elle sera d’exploitation si celle-ci est essentielle pour le bon fonctionnement opérationnel de la société sinon c’est une charge exceptionnelle.

Particularité de l’impôt sur les sociétés

L’impôt sur les sociétés également appelé impôt sur le bénéfice et abrégé IS est une charge. Mais nous calculons l’IS en multipliant un ou plusieurs taux sur le bénéfice.

Voyez-vous la particularité ?

C’est une charge spéciale (tout comme la participation des salariés aux résultats de l’entreprise qui se calcule également à partir du bénéfice).

Ce n’est donc pas une charge d’exploitation ni financière ni exceptionnelle. Elle est en quelque sorte hors catégorie.

Le but de ce cours n’est pas de comprendre cet impôt ni son mode de calcul. Nous verrons ça dans un autre cours. Mais il est important de connaître cette particularité dans le compte de résultat.

Les produits dans le compte de résultat

En langage simple, les produits représentent tout ce qui fait gagner de l’argent à la société. Cela comprend le chiffre d’affaires ou les ventes de services ou de biens, mais pas seulement. Comme les charges, nous pouvons diviser les produits en trois catégories principales.

  • Produits d’exploitation
  • Produits financiers
  • Produits exceptionnels

Commençons par les produits d’exploitation

Les produits d’exploitation sont ceux réalisés grâce aux activités principales ou secondaires de la société et qui en résultent du bon fonctionnement de celle-ci. Normalement, ce sont une bonne partie de ces produits-là qui augmentent le bénéfice (ou réduisent la perte). Nous y retrouvons tout ce qui est en relation avec le chiffre d’affaires comme les ventes de marchandises, de biens ou de services. Il y a également les productions stockées, les productions immobilisées, les subventions d’exploitation et les reprises sur amortissements et provisions.

Ensuite les produits financiers

Les produits financiers sont des revenus générés par un ou plusieurs éléments financiers. Par exemple lors d’un prêt d’argent à quelqu’un d’autre qui ensuite nous rembourse avec un intérêt. L’intérêt est un produit financier puisqu’il est issu d’un moyen de financement que nous avons apporté à un tiers.

Attention, le remboursement d’un emprunt n’est pas un produit financier contrairement au paiement des intérêts.

Nous retrouvons également dans cette catégorie les produits financiers de participations, les produits des autres valeurs mobilières, les reprises sur provisions, les différences positives de change et les produits nets sur cessions de valeurs mobilières de placement.

Les produits exceptionnels

Bien souvent, ces produits exceptionnels sont rares. Elles englobent tout ce qui participe à l’augmentation de l’entreprise, mais qui n’est pas un produit financier ni un produit d’exploitation. Par exemple les postes des produits exceptionnels sur opérations de gestion et en capital.

Calcul du résultat - bénéfice ou perte

Nous rappelons que le principal but d’un compte de résultat est la constatation des charges ou dépenses d’un côté et des produits ou recettes de l’autre. L’objectif est de synthétiser tous ces postes pour calculer le résultat. S’il est positif, c’est un bénéfice sinon il est négatif et c’est une perte.

Ensuite, ce résultat est reporté au bilan comptable.

BILAN

ACTIF

Immobilisation
10000
Disponibilité
2000

PASSIF

Capital
3000
Résultat
Emprunt
8000
COMPTE DE RÉSULTAT

CHARGES

Achats de marchandises
500
Bénéfice

PRODUITS

Ventes de marchandises
1500

De cette façon, le bilan possède le solde du compte de résultat.

Calculer les bénéfices de chaque catégorie

Il est tout à fait possible de calculer le bénéfice d’exploitation (cf. charges et produits), le bénéfice financier et le bénéfice exceptionnel pour ensuite déterminer le bénéfice total en les additionnant. C’est une façon de présenter un compte de résultat en ligne.

Compte de résultat
Ventes de marchandises: 12000
Prestations de services: 10000
Subventions d’exploitation: 1000
Total produits d’exploitation: 23000
Achats de marchandises: 10000
Impôts: 5000
Autres charges: 2000
Total charges d’exploitation: 17000
Résultats d’exploitation: 6000
Produits financiers de participation: 500
Total produits financiers: 500
Intérêts: 1500
Charges sur VMP: 500
Total charges financières: 2000
Résultats financiers: -1500
Produits exceptionnels sur opérations en capital: 300
Total produits exceptionnels: 300
Charges exceptionnels sur opérations de gestion: 100
Total charges exceptionnelles: 100
Résultats exceptionnels: 200
RÉSULTAT TOTAL: 6000 + (-2000) + 500 = 4500

Le résultat sera identique au résultat du tableau.

Aller au marque-page